Concert Officium Hebdomae Sanctae à Narbonne le 15 juillet 2018

Zoom sur les artistes

Tous les artistes

Plus d'infos sur le concert Officium Hebdomae Sanctae à Narbonne

XIIIe Festival Musique et Histoire Pour un Dialogue Interculturel

OFFICIUM HEBDOMAE SANCTAE

Intégrale en 2 concerts (18h30 et 22h)

La Capella Reial de Catalunya : L. Martín, M. Piccinini (sopranos) ; K. Mulders, M.B. Kielland (mezzosopranos) ; D. Sagastume, G. Díaz (contreténors), V. Sordo, D. Hernández, L. Vilamajó (ténors) ; J.R. Olivé (baryton) ; M. Scavazza, D. Carnovich (basses)

& Hespèrion XXI

Jordi Savall (viole de gambe & direction).

Parmi les compositeurs ibériques les plus importants du XVIe siècle, Tomás Luis de Victoria est probablement le plus connu. Il est aussi le plus représentatif du courant maniériste et de la Contre-réforme dans ce territoire profondément catholique. Né à Avila en 1548, il fait partie dès 1557 du choeur d'enfants de la Cathédrale, où il restera neuf ans, durant lesquels il développe sa formation musicale sous la direction de Bernardino de Ribera et de Juan Navarro, deux des plus importants compositeurs de son temps. En 1567 à l'âge de 19 ans, il part à Rome pour étudier dans le prestigieux Collège Germanique. Il succède à Palestrina comme Maitre de Chapelle dans le « Seminario Romano » en 1572, l'année même (à l'âge de 24 ans) où est imprimée à Venise la première édition de son Premier livre de Motets. Dès 1578 il rejoint la congrégation de « L'Oratorio » fondée par Saint Philippe Néri, qui a tant contribué à l'apostolat à travers la musique. Il vit alors sept années de paix et d'intense vie spirituelle durant lesquelles il compose six collections d'oeuvres couronnées par l'extraordinaire « Officium Hebdomadae Sanctae ». Recueil composé de 36 pièces : Antiphones, Motets, Lamentations, Répons de ténèbres et extraits des Passions, que nous présenterons intégralement dans la même soirée, pièces réparties en deux concerts, afin de permettre au public de découvrir l'un des grands chefs-d'oeuvre de la polyphonie occidentale, un monument de la musique religieuse que l'on a malheureusement trop rarement la possibilité d'entendre. Cette célébration liturgique et musicale de la Semaine Sainte se réfère à la souffrance et la mort du Christ vécues comme un passage à travers les ténèbres. Mais outre le fait d'être un événement historique lointain, cette “passion” peut aussi être interprétée comme une expérience existentielle très intime de chaque être humain. Pour rendre cette musique de Victoria plus proche de l'expérience humaine universelle, elle sera accompagnée par des textes spirituels qui témoignent aussi d'un passage à travers les ténèbres; d'une expérience de la passion de l'âme, qui est plus actuelle que jamais dans le monde contemporain.J.Savall & M.Bartels

Tous les artistes de Officium Hebdomae Sanctae